Bulletin n°5

La question animale et le communisme.


"Auschwitz commence lorsque quelqu'un regarde un abattoir et se dit : ce ne sont que des animaux"  Theodor Adorno


frans-floris-banquet-of-the-gods-wga7943.jpgIl y a des questions qui pour beaucoup de « progressiste » sont soit pas importante, soit carrément niés, tout comme la question des luttes de libérations nationales, la question animal est souvent rejetée comme « petite-bourgeoise », réactionnaire etc. Et pourtant le mouvement Végan* (entre autre) porte une question fondamentale pour la civilisation communiste futur que nous voulons construire.

Aucun révolutionnaire conséquent et a fortiori aucun communiste ne peut que se questionner sur, le massacre quotidien de terrien que nous organisons de manière industrielle pour nous "nourrir", ou au nom de la « recherche », ou encore sur les ravages que se mode de consommation entraînent sur l'écologie et les populations concernées.

Pour rendre audible notre approche nous énumérerons les questions qui pour nous semblent fondamentales.

  1. Une question écologique

L'organisation méthodique de la grande boucherie quotidienne sur terre occasionne des dégâts écologiques sans nom. Pour cela rien de mieux que quelques chiffres pour comprendre l'ampleur du problème :

  • Plus de la moitié de l'eau potable des Etats-Unis va au bétail.

  • Il faut 5.000m² (1/2 ha) de terre cultivable pour produire 70 kg de boeuf ou 10.000 kg de pommes de terre.

  • De 7 à 16 kg de céréales ou de produits végétaux sont nécessaires pour produire 1 kg de viande.

  • Il faut 15.000 litres d'eau pour faire 1 kg de viande de boeuf et 800 litres d'eau pour 1 kg de blé.

  • Près de 50% de toutes les récoltes alimentaires dans le monde sont mangées par le bétail.

  • 64% des terres cultivables du monde servent à la production de viande (pâturage et fourrage).

  • Les pays industrialisés avec 26% de la population mondiale utilisent 56% des ressources alimentaires.

  • Il faut 5 kg de poissons pour produire 1 kg de farine ; il faudra 5 kg de cette farine pour qu'un boeuf ou un porc produise 1 kg de viande. Donc 25 kg de poissons pour 1 kg de viande !

  • Une ferme de saumons de 8 ha aux USA produit autant de déchets qu'une ville de100.000 habitants.

  • La consommation mondiale d'engrais de synthèse est passée de 7 millions de tonnes en 1945, à 53 millions de tonnes en 1968, et atteint 150 millions de tonnes par an aujourd'hui.

  • 80% des animaux élevés en batterie sont malades.

  • Une trentaine d'hectares de forêts sont détruites chaque minute.

  • 300 tonnes d'humus disparaissent chaque minute.

  • Les excréments de bétail représentent 110 tonnes par seconde pour les USA et l'Europe : cela entraîne 50% de toute la pollution des nappes phréatiques du monde.

deforestation-in-the-amazon.jpgNous pouvons tout aussi bien rajouter l'actuelle propagande en faveur des OGMs. L’argument principale est que nous ne pouvons nourrir toute la planète. Cet argument est vrais si nous appliquons le mode de consommation de l'OCDE à la planète entière. Il est complètement faux si nous nous soucions de la véritable alimentation, celle nécessaire à notre vie et notre reproduction.

Les dégâts sur la biosphère* sont considérables, chaque tonnes de viandes produites est un pas de plus vers une crise écologique globale. Les océans se vident et sont pollués à grande échelle par notre consommation de viande du aux rejets d'excréments des bêtes. La déforestation prend des proportions catastrophiques dans les pays en voie de développement. Avant de construire des éoliennes et des centrales solaires nous pourrions déjà réfléchir à notre consommation quotidienne.

  1. Une question internationaliste

historico4.jpgIl y a un point fondamentale dans le communisme c'est celui de l'internationalisme, notre consommation de viande est comme nous allons le voir en contradiction avec toute idée de fraternité entre les exploités dans le monde.

Comme nous l'avons vu à la question une la consommation de viande dans les pays développés occasionne la déforestation et monopolise les terre arables qui pourraient être utiliser pour nourrir les humaines. Les paysans pauvres sans terre sont exterminés pour libérer de l'espace pour l'industrie agro-capitalisme qui fournit en céréale les élevages extensifs, eux même polluant et utilisant énormément d'espace. Le Brésil est à l'agriculture ce que la chine est à la production d'objet manufacturé, une des fermes du monde. Dans les campagnes c'est la loi des propriétaires terriens qui règnent, leurs milices tuent sans répits les paysans en lutte pour leur droit à la terre. Ces agro-capitalistes défrichent la forêt Amazonienne à une vitesse grand V, avec la complaisance de l’État. Sans divaguer, nous pouvons dire que nos problèmes climatiques que nous aurons en Europe est une des conséquences de notre consommation de viande... Nous devons savoir que les paysans fournissant les céréales pour nourrir le bétail n'ont pas accès à la viande et qu'au brésil sévit une malnutrition endémique...Le brésil en tant que semi-colonie dominait par les pays impérialistes a sa production tournée vers l'exportation. Des aliments produits au Brésil sont beaucoup moins chère en Europe. Pour suivre le combat des paysans sans terre pour une révolution agraire : http://resistenciacamponesa.com/

  1. Une question éthique

shark.jpg53 milliards d'animaux tués dans les abattoirs du monde entier chaque année (3 millions dans l’hexagone chaque jour), un nombre incalculable de poissons arrachés à la mer qui périssent dans les filets de pêche, 800 millions d'animaux torturés à mort dans les laboratoires d'expérimentation (8300 par jour en France), des dizaines de millions d'autres animaux massacrés pour le commerce de la fourrure, du cuir..

Nous n'avons pas besoin de plus de chiffres pour comprendre le problème éthique que pose se mode de consommation. L'être humain dans le système capitaliste est une race exterminatrice et dévastatrice . Et si un communiste doit porter une éthique, la consommation délirante de viande va complètement à l'inverse de tout raisonnement rationnel. Si être communiste c'est comprendre la totalité du monde alors nous devons combattre cette civilisation qui base son bien être sur le massacre de milliard d'être vivant.

  1. Une question culturelle

  • 500 pesticides différents sont employés dans « l'industrie culture » : 1.5 à 2 tonnes / par ha / par culture / par an, en Europe.

  • En 1997, la quantité d'antibiotiques utilisée dans l'Union européenne s'est élevée à 10.493 tonnes.

  • Plus de 80 produits différents peuvent être injectés aux cochons modernes avant d'être abattus.

  • Les producteurs de volailles, de porcs, de bovins et poissons utilisent au Canada plus de 20.000 tonnes d'antibiotiques par an en injections, ou incorporées à la moulée.

cpaslabouffe.jpgLes récentes affaires ses dernières années avec la vache folle, les intoxications de plus en plus présentes, ou encore le bon cassoulet français à base de cheval Roumain sont quelques révélateurs de ce que nous mangeons. Les capitalistes nous bourrent littéralement de merde pour augmenter sans cesse leur profit il n'hésitent pas à nous mettre en péril. Et là, il n'y a pas que les populations pauvres du Sud qui sont touchés c'est l'humanité entière. Outre les problèmes directes d'ordre sanitaire. Les pratiques alimentaires capitaliste basées sur la sur consommation alimentaire développe de nombreuses maladies, notamment l'obésité, qui touche, comme par hasard, surtout les classes les plus pauvres de la société. Près de 20 millions de personnes vivant dans le pays de la bonne bouffe sont en surpoids, dont 6 millions sont obèses.

La façon de se nourrir n'est que la massification et le reflet de la façon de consommer de la classe capitaliste. Nous touchons directement à l'hégémonie culturelle de la bourgeoises capitaliste.



Nous pouvons affirmer, comme la question de l'écologie qui faisait, il y a quelques années, jaser le beau monde, que cette question ne va pas rester sans suite.

Cette question doit être centrale dans la lutte pour le bien être, l'élévation morale et culturelle que nous portons avec l'idée communiste. Pour cette 4 questions qui ne sont pas exhaustives nous nous devons d'amorcer une réflexion sur notre monde de consommation qui découle directement de l'hégémonie culturelle bourgeoisie. Il est bien sur évident que nous ne pouvons séparer cette question du mode de production capitaliste. Mais il n'est pas non plus question d'attendre la révolution socialiste pour commencer une démarche positive et combattre au quotidien cette tare bourgeoise. C'est aussi une question de respect de sa personne de bien s'alimenter, de faire du sport, nous avons assurément besoin de communiste en bonne santé pour détruire le capitalisme.

Cette considération est prise en compte dans de nombreux pays, la France et son idéologie bourgeoise décadente fait comme d'habitude bande à part. Et malheureusement elle a pénétré largement le peuple et encore plus grave les révolutionnaires. C'est donc une des nombreuses contradictions du capitalisme que nous devons résoudre.

Il n'est bien sur pas question de stigmatiser une partie de la population, ni de s’auto-culpabiliser, la chose est assez complexe mais nous pensons qu'amorcer une réflexion dans les milieux révolutionnaires et dans notre façon d'être, évitera dans les années à venir de gros problèmes et beaucoup plus de douleur.

ce qui est sur c'est que ni la question écologique, ni la question de la santé, ni celle de la place de l'animal sur la terre, ni d'ailleurs aucune question sociale ne peut être résolue dans le capitalisme, d'où la nécessité aujourd'hui de le dépasser.




Végan/ Véganisme= Pour plus de renseignement vous pouvez consulter le site du collectif les panthères enragées ici

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site