Sur la 'marche des Salopes'

14a.jpgNote de Sheisau Sorelh: Alors que les FEMENs s'agitent et que la question féminine baigne dans un féminisme séparé, bien souvent, de la question révolutionnaire, nous proposons un texte des camarades brésiliennes du MFP (Movimento Femino Popular) réagissant à la 'marche des Salopes' au Brésil. Nous pensons que leurs positions sont dans une ligne juste. Bien entendu tout cela ne peut qu'amener au débat, mais leurs positions de classes est pour nous supérieur à l'idée de 'féminisme' c'est à dire enfin de compte une simple question de genre homme/femme alors que la base de l'oppression vient du capitalisme. Les femmes doivent partir à la conquête de la moitié du ciel, elle n'y arriveront que sur des positions justes.

Texte tiré du journal A Nova Democracia ici

Ni salopes, ni saintes : soyons révoutionnaires

Une autre opinion ...

Dans la société où nous vivons, où la grande majorité de la population est exploitée et que leurs droits les plus élémentaires bafoués sur une base quotidienne, nous, les femmes sommes la partie la plus opprimée et dégradée de la classe ouvrière. C'est parce que, en plus de subir le poids de l'exploitation capitaliste et de recevoir des salaires inférieurs à ceux des hommes dans notre classe, nous subissons l'oppression sexuelle millénaire. Les travailleurs, enseignants, agriculteurs, etc., C'est à dire 90% de femmes dans notre société sont doublement exploités et opprimés. Cette oppression sexuelle est née avec la propriété privée et est représentée dans la forme monogame de la famille patriarcale, dans laquelle la femme est un esclave du ménage, responsable de pénibles travaux domestiques et de la souffrance invisible et des humiliations sans fin et de formes de violences ouvertes et cachées, physique et / ou psychologiques, sexuelles et morales, dans et en dehors de la famille.

L'esclavage domestique des femmes est extrêmement rentable et nécessaire au système capitaliste, car alors il cesse d'en privé et sur le dos des femmes une série de travaux, indispensable à la reproduction de la force de travail (soins à domicile, nourriture, les enfants, etc .), il vous en coûtera une partie de leurs profits fabuleux. Cela signifie que les femmes du peuple réalisent un travail acharné et gratuit pour les classes dirigeantes, elles les exploitent directement (sur le marché du travail) et indirectement (par le ménage).

Alors, qui est intéressé à maintenir l'exploitation des femmes? Les classes dirigeantes exploitantes, qui pour se justifier socialement ont créé à travers l'histoire une série de mythes et une morale réactionnaire fondée sur «la supposée nature déficiente et fragile des femme », dont la répression sexuelle est un reflet direct. Dans le cadre de l'exploitation des femmes, la bourgeoisie utilise le corps de la femme comme une marchandise rentable, comme de simples objets sexuels. Toute la culture morale et patriarcales existent pour garder la moitié de la classe asservie et opprimée, soit par des droits directs inférieurs et par la répression, c'est l'illusion de la «liberté» comme un moyen de détourner la lutte conséquente des femmes pour l'émancipation.


Pourquoi nous ne sommes pas salopes?


Quel est le but de la "marche des salopes": Est-ce pour donner un nouveau sens au mot « salope » ou d'envisager cette qualité comme un synonyme de «liberté»? Pour nous, ces deux allégations sont fausses parce que utiliser cet adjectif ne conteste pas le sexisme.

Lorsque la société bourgeoise et sa propagande nous attaquent avec leurs insultes, il n'est pas logique de se les approprier. Tous les termes utilisés sont offensants pour le peuple dans le but de fausser son essence. Les travailleurs en grève à Jirau (Rondônia) sont appelés «vandales»; les guérilleros luttant contre le régime militaire de «terroristes», les masses dans les Favelas de Rio de "trafiquants". Les termes basés sur des pré-conçus dans le cadre de l'idéologie dominante, agissent dans le même sens. Les femmes lesbiennes auraient t'elles raisons de s'appeler «gouines» dans un sens offensif, ou les femmes noires de "singes", ou nous toutes de salopes? Bien sûr que non! C'est une erreur de croire qu'ont combat les préjugés en assimilant les termes préjudiciables imp

osées par la morale bourgeoise.

Inversement, assumer la condition de "salope" ne conteste pas l'idéologie dominante. La morale bourgeoise et le machisme notamment, ne s'exprime pas seulement dans le conservatisme des prêtres, des pasteurs, des rabbins ou des religieux musulmans. L'hypocrisie est l'une des caractéristiques de la morale réactionnaire, où tous les "péchés" qui sont interdits à la messe, sont commis et stimulés quand elle se termine. La supposé«liberté» sexuelle présentée par la bourgeoisie, et son nihilisme, où tout est permis, est aussi oppressive que le conservatisme. La
burqa imposée les talibans et l'industrie du porno US fait partie du même machisme, juste avec des formes différentes. Ainsi, d'un côté, le sexisme est exprimée par la castration de la sexualité féminine, d'autre part favorise la marchandisation de notre corps et c'est pour cela qu'il répand une fausse "liberté" de la femme qui se «vend librement." Les deux aspects réduisent la femmes soit à un objet chaste de reproduction, soit comme un objet de plaisir et de profit mais font partie de la même morale bourgeoise.

Le conservatisme et le nihilisme sont les deux faces de la même morale bourgeoise; choisir l'une pour combattre l'autre aide seulement la société à se maintenir telle qu'elle est. Nous sommes pour une nouvelle morale sexuelle, une morale révolutionnaire, sans nihilisme et sans conservatisme. Et cette nouvelle morale ne peut se construire que dans le combat pour détruire tous les piliers de l'ancienne société oppressive.

Par conséquent, pour nous, la «marche des salopes" n'a rien de contestataire; elle encourage le stéréotype des femmes comme objet sexuel masculin. L'imamfp2-0-0-1.jpgge de l'affiche de la marche des salopes à Brasilia, d'une jeune blanche maigre dans une pose sensuelle avec un soutien-gorge à la main, est très similaire à de nombreuses couvertures de "magazines pour hommes». Quelle contestation il y a t'il dans cela? La nudité peut représenter la lutte contre la morale dominante, mais dans ce cas nous ne voyons pas de nue artistique, juste une image qui renforce la norme dominante de beauté et de mode de vie des jeunes qui associe la rébellion avec la simple exposition du corps féminin. Sinon, nous serions obligés de considérer comme des publications révolutionnaires le magazine "Playboy" publiée au Brésil par l'éditeur ultra-conservateur "Abril", le même qui édite la revue de droite "Veja"liser la pédophilie et la prostitution. Nous devons lutter contre les expressions culturelles telles que «novinhas» et «popozudas" sans crainte de tomber dans le faux moralisme ou le conservatisme. Ces chansons, sont conservatrices, au final elles renforcent le discours des femmes comme objets sexuels.

Alors, camarades, nous ne sommes pas des salopes! La 'salope' c'est la bourgeoisie qui, dans son oisiveté, sans rien faire de créatif, vit de l'exploitation du travail d'autrui. Les terroristes et les voyous sont les Etats impérialistes qui envahissent et pillent les nations et les peuples à travers le monde. Et ils sont responsables de la situation d'humiliation, le manque de droits, et de l'oppression des femmes à différents niveaux puisqu'ils répandent leur idéologie dominante qui imprègne notre environnement, dans notre classe. C'est contres ces classes dirigeantes, par conséquent, que nous devons nous battre pour transformer profondément les fondements de cette société et de toute la culture et la morale dégradante qui en découle.


Réveiller la fureur des femmes révolutionnaires!

Movimento Feminino Popular/ Mouvement Féminin Populaire

culture révolution guerre civile communisme communiste maoisme

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site