islam musulman racisme occitanie décolonisation colonie communisme communiste révolutionnaire

Qui çà étonne encore?

article-433745f6b0f13542-1369244508-9j-4aaqsk.jpegHier le 22 mai 2013 dans la banlieue de Londres a eut lieu une attaque contre un soldat Britannique. Le soldat a été décapité à coup de machette, et les deux protagonistes ont ensuite demandé aux gens présents de filmer la scène. Cet acte d'une extrême violence dans nos métropoles impérialistes à tout pour être choquant, mais il n'est pas gratuit. C'est un acte politique, d'ailleurs la dénomination de 'terroriste' par l'état Britannique ne signifie pas autre chose.

Lire la suite

Déclaration internationale maoïste pour le 1er Mai 2013

internacionalisme.jpgLes masses populaires veulent renverser les gouvernements capitalistes, impérialistes et les gouvernements qui les servent !

Les prolétaires veulent s’unir pour le Parti de la révolution !

Les communistes soutiennent les luttes anti-impérialistes et développent les Guerres Populaires pour la révolution prolétarienne mondiale!


L'impérialisme est le «stade suprême du capitalisme » - une étape de « parasitisme et putréfaction» (Lénine, L'impérialisme, stade suprême du capitalisme).Il s’agit aujourd’hui de l’enterrer au plus vite. La crise du capitalisme est comme une maladie chronique qui le tourmente. Elle crée les conditions pour sa mort.  

La crise du capitalisme, c’est avant tout une crise de surproduction : « Au cours des crises, une épidémie qui, a tout autre époque, eût semblé une absurdité, s’abat sur la société – l’épidémie de surproduction. La société se trouve ramenée à un état de barbarie momentanée. » (Marx et Engels, Manifeste du Parti Communiste)

Mais à l’heure où la bourgeoisie intensifie ses efforts pour faire payer la crise aux masses populaires, il est bon de rappeler ce qu’ont écrit Marx et Engels il y a plus de 150 ans dans le Manifeste : « Les armes dont la bourgeoisie s’est servie pour abattre la féodalité se retournent aujourd’hui contre la bourgeoisie elle-même. Mais la bourgeoisie n’a pas seulement forgé les armes qui la mettront à mort : elle a produit les hommes qui manieront ces armes – les ouvriers modernes, les prolétaires. »

Aujourd’hui, le prolétariat mondial n’a jamais été si nombreux. L’ensemble des masses populaires représente au moins 90 % de la population et ce sont ces 90% qui sont concernés par cette crise et qui ont besoin d’un changement radical de société. « Le mouvement prolétarien est le mouvement autonome de l’immense majorité dans l’intérêt de l’immense majorité. »(Idem)


Lire la suite

La solidarité internationale une nécessité révolutionnaire.

internacionalisme.jpgNotre solidarité internationale prolétarienne n'est pas une question d'humanisme ou d'éthique, mais bien une nécessité révolutionnaire et nous allons voir pourquoi.

Si l'on ne comprend pas comment fonctionne le système capitaliste mondial, il est difficile de comprendre pourquoi un petit paysan du Carcin, du Roerga ou de Provença devrait soutenir le mouvement pour la révolution agraire au Brésil ou la Guerre populaire en Inde.

Ce ne sont pas les 'nouvelles technologies d’information' et les 'moyens de communication' qui font que les être humains sont reliés à un avenir collectif, mais bien l'exploitation capitaliste et son hégémonie planétaire.

Lire la suite

L'Islam, les musulmans et le mouvement communiste révolutionnaire

femme-voilee.jpgNous poursuivrons notre réflexion culturelle sur une question qui, dans l'État français, nous semble primordiale : celle des colonies intérieures et notamment de sa communauté culturellement la plus importante en nombre, les musulmans. Les 'prières musulmanes de rue' ont réveillé chez beaucoup les vieux démons refoulés derrières les rocades, barres de bétons, flics ; et surtout marqué l’irruption du prolétariat relégué dans la vie de tout les jours.

L’État bourgeois définit par ses lois et ses 'valeurs' qui est 'français' ou pas. Il décide comment doit être un 'bon français', il en donne sa définition. Le bon 'français' ou 'français moyen' est selon les dominants : blanc, laïque, démocrate, citoyen, il aime le foot ou le rugby selon les régions, le porc etc. Nous pourrions à volonté coller des épithètes plus ou moins glorieux au français moyen. En parallèle cet État, et nous reprendrons là l'idée d'Alain Badiou, crée de l'inexistant, c'est à dire que via son appareil idéologique et culturel il retire le droit à exister à des millions d'individus ne rentrant pas dans la définition du 'bon français'.



Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site