Sonne le réveil,

Tornar prenerComme une sortie d’anesthésie, la pensée endolorie, un peu perdue dans les limbes de l’idéologie dominante. Celle qui veut que l’idéologie a été vaincue par notre première défaite stratégique. Que la lutte des classes soit invalidée, que nous serions à la fin de l’Histoire. Cette anesthésie c’est l’expression de 40 ans de restauration du capitalisme et d’une offensive idéologique réactionnaire sans précédent.

LEUR petit monde de certitudes s’érode inexorablement. Un vent nouveau souffle dans les branches de l’arbre de la liberté.

 Ce qu’ils pensaient comme acquis n’est qu’enfin de compte qu’un château de sable que la nouvelle vague de la Révolution mondiale commence à sérieusement éroder.

Nous sommes encore une majorité à chercher le chemin avec la grille de lecture crée par l’idéologie bourgeoise pour justement nous désorienter.

Sans carte nous tournerons indéfiniment en rond.

Les cartes du chemin de la révolution existe elles sont le produit de la dialectique pratique/théorie du XXe siècle. Nous ne nions pas que tels les antiques portulans beaucoup de chose sont à compléter, à rechercher, à réfléchir. Mais se passer de ses connaissances c’est se condamner à n’être pas plus qu’une extrême gauche d’une démocratie bourgeoise en décomposition  et non un mouvement révolutionnaire.

Nous sommes encore que quelques un, qui peut le nier ? pas nous !

Beaucoup nous traitent de passéiste parce que nous osons dire qu’étudier les expériences passées nous donne beaucoup de clés. Parce que loin d’avoir été des échecs sentencieux, elles sont notre meilleure école. La Révolution pour grandir a besoin d’échec et de défaite. Le XXe siècle a été une grande esquisse il nous faut continuer le dessin en rectifiant les tracés hasardeux.

Nous sommes encore que quelques un,

Ils nous disent que nous récitons de vieilles prières, ils se pensent vivant et nous morts. Et pourtant leur théorie nous fait remonter avant le XXe. Qui sont les passéistes ?

Ils sont nombreux à saluer K.Marx dans sa défense de la Commune malgré l’échec qui fut un coup dur sur le moment. Et pourtant ils font aujourd’hui complètement son opposé, ils décident que les expériences des révolutions soviétiques et chinoises sont un échec à oublier, que tout est à enterrer. K.Marx, au contraire, a tenté de voir où étaient les erreurs des Communards et a fait grandement avancer notre connaissance de la science révolutionnaire tout comme les trois grandes révolutions du XXe siècle.

Nous sommes encore que quelques un,

Nous leur demandons qu’avez-vous à proposer ? Où est votre stratégie, vos plans ? Et leur silence où les réponses vagues et gênées sont notre plus grand avocat.

Certains sont comme la IIe internationale à espérer la crise, ils espèrent que les réponses à leurs faiblesses vont apparaître comme par magie de la pauvreté et de l’exploitation. Alors que la moindre étude nous montre que c’est l’inverse qui se produit quand le mouvement révolutionnaire n’existe pas ou n’est pas assez fort il ne peut y avoir de révolution triomphante, il y a le désespoir, la réaction, le fascisme.

La Révolution est un processus qui se construit de manière subjectif étant donné qu’objectivement tout est en ordre pour changer le monde.

La recomposition idéologique sous fond de crise générale du capitalisme va balayer tout cela. Que chacun fasse ce qu’il à faire, nous nous continuons à avancer lentement mais surement.

Oui un nouveau moment de la révolution prolétarienne mondiale est en train de se dessiner, l’effondrement du vieux révisionnisme soviétique n’a pas été la fin mais bien le début d’un nouveau cycle.

Ce cycle nouveau est celui de la guerre populaire et revolutionnaire mondiale généralisé avec comme but le communisme.

Nous y sommes.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×