Bulletin n°6

floue.jpgLa période actuelle est pour le moins déconcertante : guerre 'humanitaires' contres des dictateurs hier amis des impérialistes, révoltes arabes qui amènent aux pouvoirs des islamistes, théories du complot envahissants le net et une partie de personnes progressistes, impossibilité des débats sur le conflit en Palestine, crise dont personne ne sait expliquer les causes, extrême-gauche à la ramasse théorique etc. Nous avons l'impression que les repères éclatent, que les camps ne sont plus aussi clairs et surtout, tout le monde en conviendra, que tout le monde cherche des réponses au marasme généralisé.

Les organisations révolutionnaires d'avant la crise, notamment anarchistes ou réformistes radicales, sont de plus en plus perdues face aux enjeux de notre époque, elles ne sont pas à la hauteur. Effectivement, il est compliqué de comprendre la crise sans l'analyse marxiste de l'économie et celle, léniniste, de l'impérialisme. La bourgeoisie a tellement bien réussi sa contre-révolution préventive et sa Restauration qu'elle nous a quasiment propulsés au XIXe siècle sur les questions idéologiques. Sa lutte acharnée contre tout ce qui ressemble de près ou de loin à l''idée communiste', sa propagande quotidienne contre les premières expériences socialistes, ont réussit à jeter l’anathème sur les idées révolutionnaires mêmes. Difficile, aujourd'hui, d'avoir une analyse sereine, et donc de tirer des enseignements sur les premières révolutions prolétarienne de l'histoire, sans suinter l'hémoglobine des '100 millions de morts du communisme'.

Il faut dire qu'une partie de l'extrême gauche à grandement aidé la Réaction dans son rôle de reprise en main idéologique – les trahisons des PC historiques de la 3e Internationale aussi, il est vrai.

Et pourtant, tout démontre que l'histoire n'est pas finie, que les analyses marxistes sont des bases nécessaires pour recommencer tout travail révolutionnaire un tant soit peu sérieux. Que NON, le capitalisme n'a pas subsumé la classe ouvrière ; comme la lutte des classes qui s’aiguise partout dans le monde nous le démontre au quotidien.

Mais il nous reste un long et immense travail, pour analyser en quoi la première vague de révolutions prolétariennes a échoué et comment nous allons faire triompher la seconde.

En premier lieu nous devons combattre les théories du complots, Illuminati et autres contes pour enfant.

Les complots

illuminati-dollar.jpgLa théorie du complot, la gouvernance mondiale des sionistes, les 13 familles, et autres fadaises sont des révélateurs de cette période et de son vide théorique.

Sans effectivement une juste compréhension des phénomènes économiques et donc de l'impérialisme, il est extrêmement difficile de reconstituer ce puzzle d'une manière rationnelle. Toutes ces théories ne sont pas à prendre à la légère, car elles sont révélatrices de l'état idéologique actuel du peuple ET donc de nos tâches prioritaires à mener. Elles sont aussi un terreau fertile vers le fascisme.

Qu'on se le dise une fois pour toute : il ne peut pas y avoir de gouvernance mondiale des capitalistes, car cela va à l'encontre de la nature même du capitalisme. Le capitalisme c'est le chaos et la guerre économique sans arrêt. La soif continue de profits pousse toujours plus à la concurrence, à la destruction d'autres capitalistes, impliquant leurs États respectifs dans leurs affaires qui dégénèrent bien souvent en guerre pure et simple. L'UE, pour ne parler que d'elle, connaît de nombreuses contradictions entre États membres impérialistes, l'impérialisme UK rattaché aux États-Unis, le 'couple' franco-allemand 'pilier' de l'Europe mais chacun tentant de faire primer ses intérêts propres etc. Donc, c'est bien la guerre économique de tous contre tous, même si les États tentent de réguler tout cela à travers des 'organisations internationales', sentant bien que les choses peuvent mal finir. C'est d'ailleurs l'un des rôles de l’État bourgeois, que de servir de pompier quand le capitalisme 'va trop loin'.

Anti-impérialisme,


Avec cette seconde crise de surproduction absolue de capital, comme il nous l'est expliqué ici, nous avons atteint les limites historique du système capitaliste. Cela signifie simplement que le monde ne sortira plus de cette crise dans l'état actuel des choses. Pour continuer, donc, à fonctionner, le capitalisme doit mener la guerre impérialiste partout où il le peut pour soumettre des pays 'trop' indépendants, appuyer des coups d'État, des assassinats politiques, des putschs militaires ou civils (les fameuses 'révolutions oranges'), etc. Donc, étendre ses marchés ou en créer de nouveaux, et pour cela rien ne vaut une bonne destruction d'un pays : l'Irak, la Syrie, la Libye, l'Afghanistan en sont des exemples. Derrière les bombes radio-guidés, se tiennent les bataillons des entrepreneurs du bâtiments, les compagnies pétrolières etc. Il peut se servir de justes revendications populaires contre tel ou tel tyran, aider des rébellions démocratiques, tout comme des intégriste, encourager la sécession et les massacres (Yougoslavie) etc.

Nous sommes dans l'ère des monopoles, c'est à dire que l’État et son armée sont au avant tout service des monopoles géants d'un pays donné. Areva, Vinci, Total, Lafarge sont les commanditaires de telles ou telles campagnes militaires, actions policières.

Notre première tâche en temps que communistes révolutionnaires est de dire NON à notre impérialisme, même si la guerre est à vocation humanitaire. Mais combattre notre impérialisme, ce n'est pas appuyer les tortionnaires locaux : au contraire, nombreux sont ceux qui sont en place par et pour notre impérialisme – avant d'être lâchés par lui.

Le souverainisme,


Il est une idée répandu aujourd'hui, que cela devrait être la 'Nation' qui pourrait et devrait défendre le peuple, faire barrage aux monopoles ; c'est évidemment erronée. Ils nous disent que l’État devrait être au 23883-prcf-a-bwf4lty1nxgw.jpgservice du peuple, sauf qu'ils ne comprennent pas que l’État actuel est une construction bourgeoise au service exclusif de la classe dominante et exploiteuse. L'État n'est donc pas 'victime' du 'Grand Capital', de 'la Finance' (autrement dit des monopoles), mais au contraire et tout simplement un instrument. Tout comme l'erreur qui consiste à dire que l'Europe serait en train de 'détruire les souverainetés nationales' : l'Europe est une ALLIANCE d’États renforçant l'efficacité économique et politico-militaire du capitalisme, mais elle ne supprime pas les frictions et les guerre économiques entre pays. Elle est là pour servir de super-police et réprimer plus facilement les révoltes populaires.

Les 'Français' sont mal placés pour dire que la 'France' est victime de l'Europe, puisque c'est elle qui la façonne (avec les Allemands) selon ses intérêts et ses besoins ! Simplement, l'économie allemande plus puissante tend à imposer ses vues ; mais ne soyons pas inquiets : les capitalistes français s'y retrouvent en tant que bras armé de cette Europe. L'impérialisme français est aujourd'hui le plus agressif de la planète (voir la carte où il faut rajouter le Mali et l'opération en Libye), les troupes en opérations extérieurs sont disséminées sur toute la planète, et nous ne parlons là que de la partie visible de l'iceberg... Les guerres souterraines, meurtres ciblés, aides aux rebellions etc, ne sont pas ici inscrites, la Syrie entre autres rentre dans ce schéma. La guerre impérialiste contre la Libye à démontré les capacités de projection militaire qui font de l'Armée impérialiste BBR la première en Europe : seuls les États-Unis ont aujourd'hui cette capacité opérationnelle – avec la crise, le Royaume-Unis a perdu sa capacité de projection à longue distance.

harmattan.jpgUne autre vision erronée est de prendre en exemple les pays d’Amérique latine et leur nationalisme. Les pays sud-américains ne sont pas des pays impérialistes, ils sont soumis à eux par le biais de leurs capitalismes que nous définissons comme capitalismes bureaucratiques. Ces pays ne sont donc pas totalement libres, loin s'en faut, les coups d'État militaires (essentiellement pilotés par l'impérialisme US) jalonnent l'histoire douloureuse de ce continent. Se revendiquer de la Nation, de la Patrie, est donc un question progressiste en Amérique du Sud : c'est l'expression, en réalité, du caractère national de la production en contradiction (en LUTTE) avec l'appropriation impérialiste pillarde du produit. Rien de tout cela en Europe, et surtout pas en France qui est un vieux pays impérialiste, avec une puissante bourgeoisie monopoliste 'nationale' : ici, la question est de détruire l’État et son idéologie républicaine. Le souverainisme en France est une idée réactionnaire fascisante.


La Palestine, Israël et le sionisme,


image002.jpgVoilà un sujet pour le moins chaud dans la République. Sujet glissant où l'antisionisme légitime dérive bien souvent vers l'antisémitisme.

Il est vrais que l'association à but lucratif 'sionisme' en Hexagone ne nous facilite pas la tâche. Afficher un soutien à la campagne de boycott des produits israéliens c'est de l''antisémitisme', comme nous le rappelait Madame Alliot-Marie. Tout soutien affiché à la cause palestinienne est de l'antisémitisme. L'association à but lucratif fait tous son possible pour faire l'amalgame entre Israël (qui est un État) et les Juifs (qui sont un peuple et une religion), et donc entre la dénonciation progressiste des crimes du premier et la 'haine éternelle' envers les seconds. Toute cette confusion est appuyée par tous les 'nouveaux philosophes' de la pensée rance, anciens progressistes reconvertis dans l'avant-garde de cette association. Les BHL et autres Finkelkraut en sont l'expression la plus basse. BHL est parti en Libye pour défendre Israël, de ses propres aveux.

Même la loi Gayssot, si elle est un reflet du juste rejet du racisme et de l'antisémitisme par les masses populaires avancées (le 'peuple de gauche'), restant une loi bourgeoise, peut jouer un rôle contre-productif contre elle même : l'interdiction et l'acharnement sur le bouffon Dieudonné ou l'historien négationniste Faurisson, viennent entretenir le sentiment de complot. Si la justice, l’État et l'association s'acharnent sur eux, c'est qu'ils doivent avoir 'en partie raison' nous fait dire notre 'bon sens' populaire – hélas simpliste. Alors qu'il suffirait de mettre Faurisson en face d'historiens conséquents pour que ses thèses s’effondrent...

Cette association est une appendice de l’État d’Israël, elle défend les intérêt d'un État colonialiste et de capitalistes qui s'enrichissent de manière ignoble sur le dos des Palestiniens et de son propre peuple (rappelons qu’Israël est un des pays les plus inégalitaires au monde).

En tant que communistes révolutionnaires, nous dénonçons l'association sioniste comme une succursale de l'impérialisme le plus brutal ; il n'est aucunement question des Juifs. Car nous avons là une communauté d’intérêt qui dépasse l'appartenance communautaire nationale ou religieuse, être sioniste n'est pas automatiquement être juif, loin de là, M.Valls ne viendrait pas nous dire le contraire, ni notre 'regretté' Georges Frêche. C'est globalement toute la classe politique qui voit dans Israël, à juste titre, une base avancée proche des ressources pétrolières majeures.

« Il faut soutenir Israël, c'est la seule démocratie de la région », entendez par là, le seul pays qui n'est pas musulman et où les intérêts capitalistes sont les mêmes que les nôtres. La même notion de démocratie que la France coloniale et dans ce cas là, pour le malheur des Palestiniens, la métropole est venue s'installer directement sur place. Une 'démocratie' d'apartheid, ou l'Armée (la célèbre 'Tsahal') fait à peut près ce qu'elle veut, où les 600.000 colons en Cisjordanie poussent continuellement à la ségrégation, où des enfants pourrissent en prisons...

Nous pouvons comprendre la rage des populations d'origines immigrés de nos banlieues qui voient au quotidien deux poids et deux mesures. L'affaire sordide où un vigile d'origine magrébine a été lynché etbhl.jpg jeté dans un canal par de la racaille appartenant à la communauté juive est un exemple de ce deux poids deux mesures. Les lyncheurs n'ont passé que quelques semaines en prison, le frustré Alain Soral et son acolyte Dieudonné se sont empressés de se jeter sur cet os pour déballer leur pourriture antisémite. Ce type de récupération politique aussi scandaleuse qu'elle soit est logique et chaque injustice est du pain béni pour l'extrême-droite. A nous donc de combattre le colonialisme Israélien et ses défenseurs ici, de soutenir la Palestine et de combattre la récupération de l'extrême droite du conflit. En réalité, il faut comprendre les choses ainsi :

  • les pays arabes et musulmans, avec leurs masses populaires affamées et bouillonnantes, en plus d'abriter les principales ressources énergétiques de la planète, forment une CEINTURE DE FEU autour de l'Europe, tous 'blocs' impérialistes confondus (anglo-saxon, franco-allemand, russo-chinois...) ;

  • cette région du monde a besoin de GENDARMES ; Israël en est un, et même le principal (le plus puissant militairement) ;

  • Ce n'est pas Israël et ses 'lobbys sionistes' qui 'contrôlent' les gouvernements occidentaux ; ce sont les gouvernements et toutes les bourgeoisies européennes et occidentales qui, si elles peuvent parfois déplorer le 'manque de souplesse' du gouvernement sioniste, soutiennent bec et ongles celui-ci, 'gendarme en chef' de la 'ceinture de feu' arabo-musulmane ;

  • les 'droites radicales' occidentale, dans leur grande majorité (plus clairement dans les pays du 'bloc' anglo-saxon, mais aussi dans les autres), soutiennent l'entité sioniste 'rempart de l'Occident' (ce qui ne veut pas dire qu'elles soient 'philosémites' pour autant) ; totalement dans le mainstream intellectuel de la classe dominante monopoliste ;

  • Un élément important du 'dispositif', toutefois, est le trait d'égalité tracé entre antisionisme et antisémitisme, et des courants réactionnaires (extrême-droite 'blanche' comme le mouvement d'Alain Soral ou les 'NR', conspirationnistes comme Thierry Meyssan, mais aussi réactionnaires religieux musulmans) sont 'chargés' de DONNER CORPS à ce 'trait d'égalité' ;

  • Des 'antifascistes' idiots utiles se jettent sur ces 'os à ronger' pour leur apporter la 'réponse du berger à la bergère', servant ainsi la propagande 'antisionisme = antisémitisme' ;

  • la position des révolutionnaires conséquents ne peut être autre que d'appeler à la destruction de l'État d'apartheid sioniste, et à l'établissement d'une Palestine démocratique sans ségrégation 'ethnique' ou confessionnelle.

En conclusion nous pouvons dire que l'heure est à la bataille idéologique sur tous les fronts. Nous devons récupérer nos armes théoriques, les faire évoluer et forger une nouvelle pratique. Comprendre l'époque est la tâche la plus importante que doit accomplir un révolutionnaire. Réussir à construire une vision globale, appréhender l'ensemble, pour comprendre l'actuel moment historique que nous vivons est donc le pré-requis à toute action révolutionnaire. Sans cela, nous rentrerons dans un activisme remuant beaucoup de vent, d’énergie, pour un résultat nul. Ou pire, une grande partie des forces révolutionnaires se tourneront vers un nihilisme politique aventuriste comme l'actuelle FAI (Fédération Anarchiste Informelle) qui ne mène qu'a la défaite, aux larmes et à la prison.

Le travail titanesque des années à venir doit être mené dès aujourd'hui de manière minutieuse et organisée, l'impatience est notre pire ennemie avec la peur. La Révolution est un long processus, il n'est bien sur pas question de l'attendre, ou de l'accompagner mais de la construire. La situation actuelle est propice aux conscientisations et surtout, nous pouvons agir à l'air libre dans un certain cadre de 'liberté', certes, alors profitons-en tant que nous le pouvons.


Quand les temps plus durs arriverons, nous serons préparés à affronter et à vaincre, nous serons organisés et nous saurons où aller.



capitalisme crise globale mondialisation culture révolution guerre civile communisme communiste maoisme OCCITANIE

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×