sur l'action de Sant Nàri en Provença

img-2006.jpgIl y a quelque jour a eu lieu à Sant Nàri ('Sanary', département du Var, Provença) un évènement qui, pour son ampleur limitée (quelques centaines d'euros de dégâts matériels tout au plus), n'a pas échappé à notre attention :

"La vitrine d'une agence immobilière, située route de Bandol à Sanary, a été endommagée par une explosion dans la nuit de vendredi à samedi.

Cet acte, qui n'a pas fait de victime, a été doublé d'une inscription "FLNP – Prouvenço Libra", apposée à la peinture sur la façade. L'explosion a causé un trou d'une trentaine de centimètres dans la vitrine, qui n'a pas volée en éclats. Le souffle a également endommagé un bureau qui se trouvait contre la vitrine, ainsi qu'un ordinateur. « On a réparé ce qu'on pouvait, avec une planche pour boucher le trou dans la vitre. Et on va donner un coup de peinture pour masquer l'inscription », indique un employé de cette agence installée à Sanary depuis 25 ans.

Au sein du personnel, c'est d'ailleurs l'incompréhension qui règne : « On tombe des nues. On se demande pourquoi nous ? Parce que nous sommes une grosse agence ? Parce que nous sommes sur un axe où il y a beaucoup de passages ? Parce que nous sommes très connus sur Sanary ? ». Cet employé, parmi la dizaine que compte l'agence, souligne aussi que les auteurs de cet acte « ne sont pas attaqués à une agence du centre ville, mais à celle-ci, qui est relativement isolée ». Et d'estimer qu'il est «heureux que l'explosion ait eu lieu de nuit, sinon il y aurait pu y avoir des blessés graves».

Des hommes de la PJ de Toulon et de la SRPJ de Marseille étaient sur place samedi afin de procéder à des relevés qui pourraient permettre d'orienter l'enquête." (source : Nice Matin du 24/03)

http://www.nicematin.com/derniere-minute/front-de-liberation-de-la-provence-une-agence-immobiliere-de-sanary-visee-par-un-exp.1186845.html)

Le premier constat, qui s'impose, et qu'il s'agit là d'un acte politique 'radical', 'allant au bout de ses idées'. Il est à souligner, aussi, que l'auteur a pris des précautions louables pour éviter des causer des dommages physiques, ou même matériels (à des particuliers) inacceptables aux masses populaires alentour. Ceci étant dit, pour nous marxistes, L’IDÉOLOGIE COMMANDE AU FUSIL ; et le geste n'a, pour le moment, fait l'objet d'aucun communiqué de revendication qui permettrait, peut-être, d'en 'identifier' idéologiquement les auteurs.

Sous l'article de Nice Matin, toutefois, 'sans cautionner le geste', un commentaire donne sans doute un assez bon aperçu du 'sentiment populaire' qui l'a guidé : "Ils [les agences immobilières] vendent notre région, font exploser le prix des loyers, accélèrent le déracinement des gens... Et ils s'étonnent ensuite. Je ne cautionne pas le geste, mais les provençaux en ont ras le bol. Nous aussi, on veut vivre notre identité ! Côte d'azur ? Tous ces mots là pour nous déraciner. Viva Prouvènço"...

Comme pour toute pensée, en l'occurrence TRADUITE EN ACTE, nous n'avons en effet là rien d'autre que le REFLET D'UNE RÉALITÉ MATÉRIELLE : la côte provençale, comme toute la côte méditerranéenne (ou encore aquitaine, mais là il y a plus d'espace) a été depuis des années soumise à la pression de plus en plus intolérable de la spéculation immobilière liée au tourisme de masse et au 'résidentialisme' secondaire de la bourgeoisie du Nord (s'ajoutant à la bourgeoisie 'autochtone'), faisant exploser la valeur du mètre carré au point que, dans certaines communes, même un studio est (que ce soit à louer ou à acheter) devenu inaccessible à des revenus populaires, de l'ordre du SMIC ou d'un peu plus du SMIC, ou encore, que des personnes avec une petite retraite ou même le minimum vieillesse, mais s'étant constituées un petit 'patrimoine' immobilier à travers une vie de labeur, se retrouvent assujetties... à l'ISF. C'est là le résultat, tout simplement, de l'organisation sociale TERRITORIALE, de la 'division régionale des tâches' économiques dans l’État français, avec ses 'centres' et ses 'périphéries' : au 'Y' Marseille-Paris-Strasbourg (en passant par Lyon) la 'dynamique' économique - non sans ghettos urbains autour des grandes villes et bassins industriels relégués, à l'Occitanie, au 'Nord' ou à l''Ouest' (dont la Bretagne) 'profonds' la relégation et le 'quart-monde' (bassins industriels désolés et poches de misère rurale, absence d'emploi et de services publics etc.), au régions côtières (occitanes notamment) le bronze-cul estival, la spéculation immobilière, les littoraux bétonnés et l'écosystème marin ravagé par les yachts et les jet-skis, les quèques paradant en décapotable et lunettes de soleil Gucci, etc. etc. IL EST LOGIQUE ET NORMAL QUE LE RAS-LE-BOL DES MASSES POPULAIRES EXPLOSE, EN DES IDÉES ET DES ACTES DE PLUS EN PLUS RADICAUX.


Reste à savoir quel 'pôle' de la grande lutte entre Capital et Travail parviendra à capter, à faire converger dans son combat ces idées et ces actes... L'idéologie de l'auteur de l''attentat' de San Nàri est, peut-être, un 'melting pot' comme celle du 'Front national anti-radars' de Frédéric Rabiller (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fraction_nationaliste_armée_révolutionnaire), ou de certains petits groupes nationalistes corses, mêlant allègrement des idées sociales 'radicales' que l'on classerait traditionnellement à la 'gauche de la gauche', éventuellement des idées écologistes (contre le massacre environnemental causé par le tourisme de masse et le bétonnage immobilier), et des idées relevant traditionnellement de l'extrême-droite : 'trop de taxes et de charges', lutte contre la 'mort de la petite production et du petit commerce', 'trop d'immigrés' ou 'trop d'arabes' (la Provença est une terre historique d'immigration maghrébine, et un point de passage important des immigrants venant d'Italie), 'trop d'assistés', etc.

C'est PRÉCISÉMENT le rôle de notre démarche, que de fonder un centre, un pôle d'attraction qui capte et tire ces 'consciences radicales émergentes' vers des positions (et une action organisée) RÉVOLUTIONNAIRES, CONVERGEANT dans le grand mouvement mondial de la révolutionnaire prolétarienne ; sans quoi, elles seront inévitablement captées et entraînées dans la MOBILISATION RÉACTIONNAIRE DE MASSE, le fascisme 'provençaliste' historiquement fort dans la région, les Identitaires, Bompard et autres Simonpieri - si ce n'est pas... déjà le cas, auquel cas c'est malheureusement foutu, ou alors il faudra beaucoup de travail pour rectifier idéologiquement le 'FLNP' : IL N'Y A PAS de 'libération de la Provence' possible, qui ne s'inscrive DANS LE CADRE de la RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE MONDIALE, du DÉPLOIEMENT de la lutte révolutionnaire des classes opprimées DES PÉRIPHÉRIES VERS LES 'CENTRES' du pouvoir capitaliste.

occitanisme occitania occitanie catalan euskadi euskal herria communisme socialisme guerre civile occitania occitanie

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site